Loi « Secret d’affaires » : lettre à un député LREM

Monsieur le Député,

Je ne suis pas de ceux qui inondent leurs représentants de courriers et de mails. Je privilégié l’action citoyenne opérationnelle. Nonobstant, je voudrais savoir quel a été votre vote sur la proposition de loi dite « Secret d’Affaires » qui fut examinée le 28 mars dernier.
Il m’intéresserait aussi, au delà des consignes de vote, de connaitre votre point de vue personnel sur cette loi, et vos arguments, au-delà des éléments de langage officiels (assez pauvres) que j’ai consultés. L’argumentation relative à la protection de l’innovation et à son hypothétique conséquence positive sur l’emploi fleure sa mauvaise foi et ne convainc que les croyants, me semble-t-il.

Je fait partie de ces citoyens qui, sans être séduits à proprement parlé par son programme en lui-même, ont été intéressés par la proposition du Président de la République de faire de la politique autrement. Il m’a paru normal, une fois élu, de lui donner une majorité, et j’ai voté pour vous sans bien vous connaitre. Il m’a aussi paru pertinent d’apporter ma pierre à l’édifice potentiel, et j’ai participé (et animé à une occasion) à des rencontres de Marcheurs dans ma ville.

Il est vrai que je suis aujourd’hui troublé tant par la posture « managériale » du Président (je suis là dans mon jardin professionnel) que par certains choix économiques privilégiant les possédants au détriment des plus fragiles. Mais il n’y a qu’un an de mandat de passé, et je veux encore espérer que la fameuse jambe gauche se mette enfin en mouvement.

En revanche, l’adoption de la loi « secret d’affaires » serait pour moi rédhibitoire car elle touche à des valeurs fondamentales de la République que je défends depuis 40 ans dans mes engagements citoyens divers, éducation populaire, solidarité et syndicalisme : la liberté d’être informé, l’exemplarité des dirigeants et la primauté de l’intéret général sont de celles-là.

Chacun comprend que cette action d’initiative européenne vient à la suite de récents scandales révélés par des journalistes, ces empêcheurs de tromper discrètement son monde.

Les députés qui voteraient cette loi prouveraient que rien n’a changé au delà du discours, et que la politique du gouvernement reste sous l’influence des Lobbys. Ils se rendraient complices d’une grande désillusion.

Partagez-vous, monsieur le Député, mon indignation sur le fait qu’une telle loi puisse seulement être proposée à la représentation nationale ? et si oui, aurez-vous le courage de voter contre lorsqu’elle vous sera représentée en dernière lecture ?

Croyez, Monsieur le Député, en mon plus profond respect
Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoopit!

Laisser un commentaire